Protéines végétales : l’importance déterminante des céréales

La dépendance de l’Europe aux importations de protéines végétales, principalement sous forme de tourteaux de soja en provenance des Etats-Unis et du Brésil, est un problème récurrent qui agite régulièrement nos responsables politiques.

La Commission européenne vient de publier un nouveau rapport sur le sujet. Sans surprise, même s’il relève que les céréales et l’herbe sont des contributeurs essentiel au bilan protéique, ce texte limite son diagnostic de l’offre aux oléagineux et aux légumineuses. Quant aux analyses des opportunités et aux recommandations en termes de recherche et de politique agricole, elles s’intéressent exclusivement au cas des légumineuses.

Pourtant, les protéines végétales ne se limitent pas aux seules légumineuses. Les céréales fournissent aujourd’hui 84% des protéines végétales produites dans l’Union européenne et 70% des protéines végétales européennes utilisées dans l’industrie de l'alimentation animale.

C’est également grâce aux céréales et aux oléagineux que l’autosuffisance de l’UE en protéines végétales et en matières végétales riches en protéines s’est améliorée ces dernières années, en lien avec le développement des biocarburants et de leurs sous-produits que sont les tourteaux de colza et les drèches de blé et de maïs provenant de la fabrication d’éthanol.

Enfin, en termes de perspectives, le poids important des céréales fournit un levier majeur à toute politique publique ayant pour objectif de renforcer notre autosuffisance protéique (et de diminuer nos importations de soja).

Les principaux moyens d’y parvenir passent par l’amélioration de la teneur en protéines et du rendement des céréales (notamment à travers l’amélioration variétale, la fertilisation azotée et le prix des protéines) et par un encouragement renouvelé des biocarburants d’origine agricole.

A l’occasion d’un échange de vue du Conseil agricole européen sur les perspectives des protéines végétales en Europe organisé par la nouvelle présidence roumaine le 28 janvier, le Copa-Cogeca, sous l’impulsion de l’AGPB et de l’AGPM, vient de publier une brochure (ci-jointe) qui rappelle l’importance essentielle des céréales dans notre production actuelle de protéines végétales, mais aussi dans toute politique publique visant à améliorer notre autosuffisance dans ce domaine.

Nicolas Ferenczi - nferenczi@agpb.fr  

randomness